" Historicoblog (4): Mike GUARDIA et Peter MORSHEAD, US Army and Marine Corps MRAPS. Mine Resistant Ambush Protected Vehicles, New Vanguard 206, Osprey, 2013, 48 p.

jeudi 3 janvier 2019

Mike GUARDIA et Peter MORSHEAD, US Army and Marine Corps MRAPS. Mine Resistant Ambush Protected Vehicles, New Vanguard 206, Osprey, 2013, 48 p.

Les MRAP (Mine Resistant Ambush Protected Vehicles) sont des véhicules conçus pour l'US Army et le Marine Corps suite aux combats menés en Afghanistan en Irak entre 2001 et 2005. Les insurrections qui affrontent les Américains emploient, en effet, de plus en plus d'engins explosifs improvisés (IED), qui deviennent de plus en plus sophistiqués. Ces IED montrent les limites du M1114 Humvee, cheval de bataille des troupes américaines, qui même surblindé ne protège pas suffisamment l'équipage en cas d'explosion. Le département de la défense passe donc commande de 3 catégories de MRAP, qui correspondent à la taille des véhicules, des plus petits (1) aux plus grands (3). Entrés en service entre 2005 et 2007, les MRAP, fabriqués par différents constructeurs, ont en commun une coque en V pour détourner le souffle de l'explosion et un centre de gravité plus en hauteur pour protéger le véhicule qui saute sur un IED. Ces MRAP s'inspirent fortement des véhicules que les Sud-Africains avaient mis au point durant les conflits menés durant les années 1970-1980, où ceux-ci avaient déjà dû affronter ce type de menaces.

C'est la guerre en Irak qui met au jour la menace posée par les IED et la vulnérabilité du Humvee. L'armée américaine refuse d'engager ses chars M-1 Abrams pour des tâches de routine. Or seuls 2% des 110 000 Humvees de l'armée américaine sont alors équipés d'un surblindage, et la plupart ne sont pas en Irak... les Américains se reposent d'abord sur le M1117, véhicule de police militaire qui dispose déjà des caractéristiques des MRAP, avant d'expédier des kits de surblindage pour les Humvees et d'augmenter la production des véhicules modifiés. Mais en 2005, l'effort reste insuffisant. Le département de la défense définit alors le MRAP et ses 3 catégories : la 1, où les véhicules doivent être capables d'embarquer une équipe de 6 hommes en comptant l'équipage, pour évoluer en milieu urbain, pour la reconnaissance ; la 2, la plus fréquente, où les véhicules peuvent embarquer une escouade complète ; la 3, enfin, comprend des véhicules lourds pour la détection des mines et le déminage. De nombreux constructeurs mettent des véhicules en chantier pour honorer les contrats. Le premier arrivage massif de MRAP survient à l'automne 2007 : le nombre en service passe de 1 500 à 10 000 (!) en décembre 2008, soit l'équipement le plus massif depuis la Seconde Guerre mondiale. Les MRAP font passer le taux de pertes humaines devant les attaques d'IED à moins de 6% contre 22% pour les Humvees surblindés.

Le premier véhicule utilisé pour compenser les faiblesses du Humvee est le M1117. Conçu en 1998, c'est l'héritier du Commando V-100 du Viêtnam. La production est faible jusqu'à l'invasion de l'Irak, puisque le M1117 sert uniquement dans la police militaire. Comme il se montre bien adapté aux IED et qu'il est de plus en plus utilisé en Irak, la production est relancée pour atteindre 1 700 exemplaires, dont beaucoup seront donnés à la police irakienne par la suite. On le retrouve maintenant, parfois, entre les mains des milices du Hashd al-Chaabi, qui en ont récupéré des exemplaires abandonnés en 2014.

Le MRAP le plus répandu est le MaxxPro de Navistar. Les Marines en commandent 1 200 exemplaires et l'US Army 4 471. Navistar a conçu une version de la catégorie 1 du MRAP, une pour la catégorie 2 (MaxxPro XL) et enfin, pour les Marines, une version plus légère et plus mobile, le MaxxPro Dash. Plus de 7 000 exemplaires du MaxxPro ont finalement été livrés.

Avec son M-ATV, la compagnie Oskhosh satisfait le besoin de l'armée américaine en Afghanistan qui recherche un véhicule plus adapté que les MRAP aux difficultés du terrain. L'armée américaine en commande 2 244 exemplaires en 2009.

BAE développe, comme Navistar, le MRAP Caiman en version 4x4 et 6x6 pour les catégories I et II. Les Marines en commandent 668 exemplaires dès 2007, puis 1 024 autres au printemps 2008. La production s'arrête cette année-là. BAE développe aussi le RG-31 Nyala inspiré des précédents sud-africains, ainsi que le RG-33 pour la catégorie 1 et le RG-33L pour la catégorie 2. Plus de 1 735 exemplaires du RG-33 ont été livrés à l'armée ou aux Marines.

De la même façon que Navistar et BAE, Force Protection Inc propose un MRAP double version, 4x4 et 6x6, pour les catégories 1 et 2, le Cougar. Une version a également été produite pour l'armée irakienne (Iraqi Light Armored Vehicle, ILAV). Plus de 3 000 Cougar ont été livrés à l'US Army ou aux Marines. Force Protection Inc fournit aussi le seul MRAP de catégorie 3, le Buffalo Mine Removal Vehicle (MRV).

Le MRAP n'était pas destiné à devenir un élément permanent de la structure des forces armées américaines : il répondait à un besoin ponctuel. Toutefois le département de la Défense, avec son projet de Joint Light Tactical Vehicle, cherche bien à combiner la protection des MRAP avec l'agilité du Humvee. L'ouvrage, paru en 2013, présente les différents prototypes en compétition : nous avons désormais que c'est le Light Combat Tactical All-Terrain Vehicle (L-ATV) d'Oshkosh qui l'a emporté. Il s'agit d'en fournir 25 000 d'ici 2020... la conclusion pose la question du devenir de ces véhicules, 23 000 MRAP ayant été construits, qui passeront à la casse une fois le L-ATV entré en service. Certains militaient pour l'incorporation des véhicules dans la structure de l'armée ; d'autres pour un confinement aux unités spécialisées (escorte de convois, entraînement). Certains enfin seraient transférés aux pays alliés pour les besoins de la contre-insurrection.

Cinq années ont passé depuis la sortie du livre, et il se retrouve un peu dépassé par la naissance de l'Etat islamique en Syrie et en Irak, ainsi que de ses différentes branches extérieures. De fait, beaucoup d'armées régulières ou de forces non-régulières qui combattent l'EI utilisent aujourd'hui des MRAP : l'armée irakienne a déployé, notamment en 2016, nombre d'ILAV, de Caiman ou de MaxxPro fournis par les Américains face à l'EI. L'armée égyptienne utilise certains modèles dans le Sinaï. L'armée nigériane, également, déploie des MRAP face à la branche Afrique occidentale de l'EI. Récemment, dans les combats de la poche de Hajin, on a pu voir que les Forces Démocratiques Syriennes avaient reçu des MaxxPro des Américains puisque plusieurs ont été détruits par l'EI. Les MRAP restent donc en première ligne face aux djihadistes, mais leur efficacité dépend aussi de leurs conditions d'emploi : ils sont régulièrement victimes des missiles antichars déployés par l'EI en Syrie ou en Irak, et des IED parfois savamment utilisés par les djihadistes, comme au Sinaï.








Maxx Pro des Forces Démocratiques Syriennes détruit dans la poche de Hajin par un missile antichar de l'EI (reportage photo du 9 octobre 2018).


MaxxPro des FDS incendié par l'EI, 10-13 octobre 2018.

MaxxPro des FDS détruit dans al-Soussah, 25-28 octobre 2018.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire