" Historicoblog (4): Juliette MORILLOT et Dorian MALOVIC, La Corée du Nord en 100 questions, Texto, Paris, Tallandier, 2018, 379 p.

lundi 19 février 2018

Juliette MORILLOT et Dorian MALOVIC, La Corée du Nord en 100 questions, Texto, Paris, Tallandier, 2018, 379 p.

Ce titre de la collection "En 100 questions" de Tallandier porte sur la Corée du Nord. Initialement paru en 2016, le volume a été actualisé pour la réédition en poche (Texto). Il est signé par deux auteurs, Juliette Morillot, coréanologue, spécialiste de la péninsule coréenne, et Dorian Malovic, chef du service Asie au journal La Croix.

Ces derniers ont aussi bien utilisé des sources écrites que des sources orales, puisqu'ils ont mené des interviews auprès de personnes ayant fui la Corée du Nord. Le livre est le prolongement d'un autre, écrit à partir de ces témoignages, après la terrible famine des années 1990. Les auteurs appellent à mieux comprendre un pays caricaturé car mal connu, qui joue de cette image négative pour s'imposer sur la scène internationale et conforter sa position intérieure. En réalité, la Corée du Nord évolue, quand bien même il est toujours très difficile d'y accéder. Jouant des rivalités sino-américaines, elle sert aussi de prétexte aux Américains pour renforcer leur position en Asie. Le rêve d'une réunification des deux Corées semble aujourd'hui bien lointain.

Comme souvent dans la collection, le propos est divisé en parties thématiques (7). La partie Histoire (13 questions) insiste à juste titre sur les moments fondateurs : l'occupation japonaise, la guerre de Corée (même si les réflexions sur le déclenchement de la guerre de Corée -question 6- laissent un peu dubitatifs...). La partie Politique (16 questions) est sans doute plus intéressante : elle évoque les dirigeants successifs, le Juche, l'importance de la grande famine de 1995, la succession des 3 dirigeants et le tournant pris par Kim-Jong-Un. La partie Géopolitique est logiquement assez fournie (20 questions) : on y trouvera la description du programme nucléaire et balistique nord-coréen, et les intentions de la Corée du Nord derrière ce programme. Les questions évoquent aussi la problématique des personnes enlevées par les Nord-Coréens, ou la diplomatie française à l'égard du pays (quasi inexistante). La partie Réalités (16 questions) s'attache à montrer le fonctionnement véritable à l'intérieur du pays : via plusieurs témoignages, on comprend aussi que les habitants de la Corée du Nord ne cèdent pas à l'émigration massive, encore plus depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jon-Un, et pour cause ; ils ne sont spécialement bien intégrés en Corée du Sud. La partie Economie (9 questions) prouve l'ouverture du pays à l'économie de marché, en particulier depuis la grande famine, avec un rôle important pour les femmes. La partie Société et culture (13 questions) montre l'importance de l'ancienne structure sociale même sous un régime communiste, ainsi que celles de l'éducation ou du système de santé. Quand bien même des normes pesantes et un contrôle existent bien, ils sont minés par l'ouverture du pays. A défaut de conclusion, les deux auteurs proposent une dernière partie Propagande (8 questions) qui invite à se méfier des informations sur la Corée du Nord, plus ou moins fantaisistes, car parfois disséminées par la Corée du Sud, à dessein. Les réfugiés nord-coréens ont souvent été instrumentalisés ou ont choisi de donner une version bien éloignée de la réalité, parfois contre monnaie sonnante et trébuchante. La population de la Corée du Nord a une certaine connaissance du reste du monde, ne serait-ce que par le biais du tourisme et autres moyens de communiquer. A contrario, la Corée du Nord a souvent servi de méchant dans les productions occidentales des années 2000, et 2010, remplaçant les Chinois ou les Soviétiques.

On peut regretter que les deux auteurs ne présentent pas de bibliographie même indicative, préférant lister des chercheurs de référence sur la Corée du Nord, qu'ils utilisent d'ailleurs fréquemment dans le corps du livre. Toutefois, ce petit volume est commode, pour un néophyte comme moi, pour mieux cerner les enjeux actuels autour du "pays des matins clairs et frais" (plutôt que "pays des matins calmes" comme on le dit souvent, cf question 1).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire