" Historicoblog (4): Section d'assaut sur le Sittang (Yesterday's Enemy) de Val Guest (1959)

lundi 12 février 2018

Section d'assaut sur le Sittang (Yesterday's Enemy) de Val Guest (1959)

Birmanie, pendant la guerre du Pacifique. Les restes d'un QG de brigade britannique tentent de regagner leurs lignes, sur les arrières des Japonais. Les 30 survivants sont dirigés par un capitaine (Stanley Baker) car le général de brigade, trop malade, est transporté en civière. Le groupe arrive devant un village tenu par les Japonais. Après une courte mais violente bataille, le détachement nippon est anéanti. Parmi les morts figure un colonel qui semble transporter des documents importants. Les Anglais capturent un collaborateur birman : pour le faire parler, le capitaine n'hésite pas à faire fusiller deux hommes du village...





Le film est coproduit par la Columbia et la Hammer, davantage connue à cette époque pour ses films d'horreur. Il est adapté d'une production pour la télévision transformée ensuite en pièce de théâtre. Il a été tourné en noir et blanc, en intérieur, sans musique ou presque, avec une reconstitution de jungle assez convaincante. Le thème du film est la question de la morale dans la guerre : Stanley Baker incarne l'anti-héros, qui n'hésite pas à exécuter des civils pour réussir la mission, mais qui n'en sort pas sans dommage. Son alter-ego japonais, Philip Ahn, lui applique les mêmes méthodes après sa capture dans un retournement de situation assez bien mené. Le propos est assez convenu, mais le jeu des acteurs le sauve : Guy Rolfe (le roi Jean de l'Ivanhoé de 1952) en aumônier, Gordon Jackson (le "renseignements" de la Grande Evasion) en sergent baroudeur ou Richard Pasco (protagoniste plus tard de La Gorgone de la Hammer) en sous-lieutenant se cherchant du courage.





Côté armes, le mélange prévaut : à côté d'équipements d'époque (les pistolets Enfield No 2 ou Nambu 14, la mitraillette M1928 Thompson), au moins un soldat japonais est armé d'un MP 40 allemand (!) et d'autres tiennent des Sten Mk II, tandis que les mitrailleuses légères Type 96 japonaises sont remplacées par des FM 24/29 français.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire