" Historicoblog (4): Mourir pour le califat 81/ Aux portes des batailles épiques-Wilayat al-Khayr

jeudi 20 avril 2017

Mourir pour le califat 81/ Aux portes des batailles épiques-Wilayat al-Khayr

Titre : Aux portes des batailles épiques.

Durée : 28 minutes 48 secondes.

Lieu(x) : dans la séquence 3, le tir de char près d'un hélicoptère Mi-8 a lieu à l'ouest de la ville de Deir-es-Zor. Le kamikaze de la séquence 4 se fait sauter « dans le bâtiment de l'électricité ». Dans la séquence 4, on lit sur un bâtiment «  Projet Port Said agricole ». Dans la séquence 5, les tirs ont lieu à l'ouest de Deir-es-Zor, après la prise du cimetière.

Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 24 mars 2017. Le VBIED de la séquence 3 correspond à un reportage photo du 24 octobre 2016. Le S-60 sur camion et le KPV sur technical de la séquence 3 correspondent aussi au 24 octobre 2016, de même que le tir du T-55 dans la séquence 4. Un autre tir de T-55 dans la séquence 4 correspond à un reportage photo du 25 décembre 2016. Le tir de D-30 sur camion dans la séquence 3 et tous les tirs de M-46 correspondent à un reportage photo du 14 janvier 2017, au début de la dernière grande offensive à Deir-es-Zor. Le D-30 de la séquence 4 date également du 14 janvier. Le combat nocturne de la séquence 3 et les combats d'infanterie diurnes de la séquence 3 correspondent également à des photos suivant l'offensive du 14 janvier. Le tir de SPG-9 de la séquence 9 remonte à un reportage photo du 17 janvier. Les dernières images de la vidéo, avec les tirs du T-62 et du BMP-1, datent probablement de février 2017 (9 février pour le char T-62). Une des frappes de drones de la séquence 4 correpond à un reportage photo du 14 février.



Type de vidéo : c'est une vidéo mixant propagande et offensive de grande ampleur contre la poche du régime à Deir-es-Zor, avec plusieurs séquences chronologiques d'octobre 2016 à février 2017.

Découpage (séquences) :

1 : 13''-2'05'', introduction.
2 : 2'05''-9'19'', discours de combattants et propagande.
3 : 9'19''-13'44, premières scènes de combat.
4 : 13'44''-25'22'', combats et butin à Deir-es-Zor.
5 : 25'22''-28'48'', propagande.

Forces attaquées/adversaires : dans la séquence 3, un Su-24 russe largue ses bombes non loin d'une position de mortier moyen de l'EI qui s'apprêtait à tirer.

Dans la séquence 4, plusieurs Mi-8 larguent du ravitaillement sous parachutes, l'EI en récupère une partie, dont des fûts d'essence.

Effectifs engagés : dans la séquence 3, un commandant tenant un sabre s'adresse à une cinquantaine d'hommes, dont un tireur PK et un autre caméraman (2 filment la scène).

Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : dans la séquence 2, pendant le discours d' Abu Abdallah Al Shami, on voit à l'arrière-plan 4 hommes installer un mortier de 120 mm.

Dans la séquence 3, une mitrailleuse DSHK sur affût est utilisée. Un canon M-46 (130 mm) entre en action.

Dans la séquence 4, une DSHK sur affût ouvre le feu, de même qu'une mitrailleuse lourde KPV et une mitrailleuse Type 77/85. L'EI montre ses attaques de drones armés :

1 : sur des soldats se déplaçant à pied.
2 : sur un véhicule.
3 : sur un bâtiment.
4 : sur un bulldozer.
5 : sur un char T-72.
6 : sur une position défensive.
7 : sur une position défensive.
8 : sur un char T-72 et autres véhicules proches.
9 : sur un véhicule.
10 : sur un camion tractant un mortier.
11 : sur un camion.
12 : sur un groupe de soldats.
13 : sur un parking de véhicules.
14 : l'EI semble larguer des tracts avec le drone.
15 : sur un véhicule.
16 : sur un véhicule.
17 : sur un véhicule.

Un canon D-30 ouvre le feu. Un canon SPG-9 porté à l'épaule ouvre le feu. L'EI déploie une batterie de mortiers (un moyen, un lourd). Après la séquence de butin, on revoit le M-46 ouvrir le feu.

Dans la séquence 5, un missile antichar détruit un camion portant un bitube ZU-23.

Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : Dans la séquence 3, un char tire sur le ravitaillement débarqué d'un hélicoptère Mi-8. Un camion avec canon D-30 (122 mm) est engagé : il porte l'inscription « Wilayat Al Khayr, Katiba Al Thaqil ( Lourde) ». Il y a aussi un char T-55 avec renforts de sacs de sable sur la tourelle. Il y a aussi 2 camions avec canons S-60 de 57 mm dont l'un porte la même inscription que celui embarquant le D-30. L'EI déploie un technical avec KPV.

Dans la séquence 4, un technical est engagé de nuit en tir tendu. Un Land Cruiser avec ZU-23 monotube ouvre le feu sur un appareil du régime, de même qu'une DSHK montée sur la tourelle d'un char. Un des 2 camions avec S-60 vu précédemment vise en tir antiaérien un hélicoptère Mi-8. On voit plus loin l'équipage d'un Land Cruiser changer un des tubes d'un ZU-23, puis le véhicule ouvre le feu. On voit de nouveau le S-60 sur camion, puis un char T-55 avec renforts de sacs de sable sur la tourelle. Plus loin, le T-55 avec sacs de sable en renfort de tourelle refait une apparition. Dans une autre scène, un char T-62 est accompagné d'un technical avec ZPU-2. Plus loin apparaît un autre char T-55 qui porte un emblème avec le marquage « Atelier ». Un autre char T-62 est également engagé. Puis on aperçoit de nouveau le T-55. Au moment de la séquence du butin, on voit un char T-62 avec blindage SLAT sur la tourelle.

Dans la séquence 5, l'EI engage un BMP-1 avec renforts de sacs de sable autour de la tourelle et un char T-62 avec blindage SLAT sur la tourelle.

Kamikazes (identité) :

1 : Abu Ali Al shami (Syrien).

2 : Abu Balal Al Misri (Egyptien).

Véhicules kamikazes (types, impact) : dans la séquence 3, un VBIED (pick-up avec plaques de blindage sur l'avant et les côtés) est visible. Dans la séquence 5, Abu Balal Al Misri pilote un pick-up.

Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) - groupes de combat et leurs tactiques : dans la séquence 1, on peut voir une colonne d'une quinzaine d'hommes avec tireur RPG-7 (portant une AKM en plus), pourvoyeur et tireur PK. Un autre groupe progresse en colonne dans un cadre urbain, avec pourvoyeur RPG-7 et une dizaine de combattants.

Dans la séquence 3, l'EI filme un groupe de de 8 combattants, et 6 autres entassés à l'arrière d'un pick-up. Une autre séquence montre un groupe opérant de nuit, avec mitrailleuse PK, RPG-7 et fusils d'assaut.

Dans la séquence 4, les fantassins de l'EI opère aussi de nuit, avec mitrailleuse PK et lance-grenades RBGP 40/1 mm M08-00 (serbe). Un fantassin observe les positions ennemies avec un périscope. Un tireur RPG-7 expédie une roquette. Un groupe de combat tirant par des meurtrières comprend un tireur RPG-7 avec arme individuelle, idem pour le tireur PK ; plusieurs portent des grenades. Le groupe aligne plusieurs tireurs PK, et au moins un enfant-soldat. Un des fantassins porte le drapeau de l'EI sur une hampe dans le dos. Un combattant observe au périscope le tir d'une PK. Un tireur RPG-7 ouvre le feu. On revoit l'enfant-soldat. Un tireur PK porte une arme individuelle supplémentaire.

Dans la séquence 5, Abu Ayad filme un enfant-soldat.

Destructions de véhicules adverses : néant.

Butin matériel : dans la séquence 4, l'EI s'empare d'un mortier, de grenades, de boîtes de munitions. Puis il filme l'énorme butin saisi lors de la percée après l'offensive de janvier 2017 : sans doute plus de 3,320,600 de balles de 7.62x39mm, 7.62x54Rmm, 12.7mm et 14.5mm ammunition, 2,310 obus of 85mm, 693 obus of 100mm,13 obus of 125mm, 120 obus de 120mm, 68 roquettes de 122mm, 15 mines antichars TM-62. L'EI filme plus loin 3 chars T-72M1 et un T-72M1 TURMS capturés. L'EI capture aussi des quantités immenses d'obus de 85mm UBR-365P AP, mais ne dispose pas du canon utilisant ces munitions (D-44 de 85 mm, sauf peut-être à un exemplaire). En revanche il met la main sur 693 obus de 100 mm pour char T-55 qu'il va pouvoir utiliser à bon escient. Derrière un fusil SVD, on peut voir des caisses iraniennes de mai 2015, arrivées probablement avant l'encerclement complet des positions du régime à Deir-es-Zor et le siège imposé à l'aéroport militaire. L'EI s'empare d'autres véhicules : 1 AMB-S, 1 Tatra 148, et1 UAZ-469. Le butin est évacué sur de nombreux pick-up et camions.

Morts/prisonniers/blessés adverses : dans la séquence 3, l'EI filme 5 corps de combattants du régime. Lors du combat de nuit, un autre corps est filmé. En plus de 2 corps vus précédemment, on en voit 4 ou 5 autres plus loin.

Dans la séquence 4, l'EI filme 9 corps de combattants du régime (dont un des Forces Nationales de Défense, Hassan Hatar, de Lattaquié). Un autre corps est mis en scène avec des cigarettes. Plus loin, un combattant de l'EI montre une tête et l'on voit le corps décapité juste après.

Morts/blessés de l'EI : dans la séquence 3, l'EI filme au moins 8 de ses blessés.

Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie de la mention Islamic State et du logo de la wilayat.

Dans la séquence 1, l'EI insère des images de forces spéciales occidentales, de Poutine, de Barack Obama et de Saoudiens. On peut voir aussi Harry Sarfo, ancien membre allemand de l'EI ayant fait défection en 2015 et qui apporté un témoignage fourni sur le fonctionnement de l'EI. On voit des images de la dernière vidéo de la wilayat al-Jazirah.

Dans la séquence 2, Abu Abdarahman Al Shami et Abu Abdallah Al Shami (Syriens) prennent la parole. Ils dénoncent les rebelles proches de la Turquie, ceux qui sont dans la province d'Idlib. La nouvelle coalition Hayat Tahrir al-Sham, organisée autour de Jabhat Fateh al-Sham, est décrite comme « apostate », de même que Jolani ; l'EI s'en prend encore une fois à Harakat Nour ad-Din al-Zanki. L'EI fustige aussi les négociations en cours, à Astana ou ailleurs, l'évacuation des combattants d'Alep dans les fameux bus verts, et les projets avortés d'organisation d'une armée rebelle unique. L'EI confond les rebelles avec les forces du régime, qui pour lui sont des ennemis. L'EI insère aussi des images montrant les forces spéciales danoises. Abu Abdal Qahar Al Shami (Syrien) prend enfin la parole.

Dans la séquence 3, un combattant prend la parole devant une carcasse de BMP-1.

Dans la séquence 4, un combattant agite le drapeau de l'EI. Puis l'EI montre des images de Rome, d'Istanbul, d'une rencontre Erdogan/Obama en 2014 et de sa vidéo sur sa 3ème brigade blindée al-Farouk (novembre 2015). On voit également Vladimir Poutine, un MV-22 Osprey, de vieilles images de la wilayat (vidéo d'octobre dernier), des images de la wilayat Halab (mai dernier, décembre dernier).

Dans la séquence 5, l'EI rend hommage à ses reporters de guerre (on reconnaît des images de la wilayat Ninive à Mossoul). Un focus est fait sur Abu Ayad al-Misri (Egyptien) que l'on voit avec son ami Abu Ahmad. Abu Ayad avait manifestement tourné certaines images montrées dans la vidéo précédente de la wilayat (octobre 2016) et même de plus anciennes (décembre 2015). Il a peut-être été tué par un sniper du régime, on voit son enterrement.

Religion : un combattant prie dans la séquence 1.

Dans la séquence 3, un combattant prie, un autre lit le Coran.

Dans la séquence 4, plusieurs combattants font une prière de remerciement.

Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo :

1 : ?



4 : 15'34''-17'25'' We come as eagles

5 : ?

6 : 18'21''-21'20'' Fought



9 : ?


Commentaires particuliers : c'est la première vidéo militaire de la wilayat al-Khayr depuis octobre 2016. Ce montage reprend des opérations s'étalant d'octobre 2016 à février 2017. Le gros morceau, c'est évidemment la grande offensive lancée à partir du 14 janvier dernier qui a abouti à la coupure en deux morceaux de la poche du régime. L'EI avait été remarquablement discret sur cette offensive, ne publiant des documents photos et vidéos qu'au compte-gouttes -contrairement à la prise de Palmyre en décembre 2016, où les publications avaient été très nombreuses. L'EI a engagé des appuis conséquents dans son offensive de janvier : un canon D-30, un canon M-46, des lance-missiles antichars et canons sans recul, sans parler des frappes de drones armés (une quinzaine dans la vidéo). De la même façon, les véhicules sont très nombreuses : outre les technicals, on compte un D-30 sur camion, 2 S-60 sur camion, pas moins de 3 chars T-55 et 1 char T-62 et 1 BMP-1. S'il y a peu de véhicules kamikazes, l'infanterie est conséquente, et chose à noter, opère fréquemment de nuit ; on note le lance-grenades RBGP-40 serbe déjà observé à Deir-es-Zor. Il y a également plusieurs adolescents dans les rangs de l'EI. Le butin matériel est énorme : sans doute plus de 3 millions de cartouches pour fusils d'assaut et mitrailleuses lourdes, des centaines d'obus de T-55, et d'autres munitions. En outre l'EI s'empare de pas moins de 4 T-72M1 dont une de la variante TURMS. L'EI ne filme qu'une vingtaine de corps adverses, ce qui est relativement peu par rapport à certaines vidéos précédentes de la wilayat. La wilayat al-Khayr montre toujours autant ses pertes : ici, 8 blesssés. Si l'EI n'a probablement pas les moyens de réduire les deux tronçons de la poche du régime, il n'en demeure pas moins que le butin lui permet encore de tenir ce front pour un certain temps.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire